Introduction : Facile n’existe pas par nature

Les objectifs vers lesquels on marche ne deviennent jamais “faciles”, sinon ils n’en seraient pas. On trouve juste comment les atteindre plus facilement. Tu n’as pas à “galérer” pour arriver à mettre en place des actions alignées vers tes objectifs. Ça peut être facile. Je prends le sport comme exemple mais ça marche avec un peu n’importe quel objectif.

Le contexte:

Cette semaine, nous parlions de sport sur Instagram, et comme certains d’entre vous le savent, je me suis inscrite en salle de sport, il y a quelques temps. Avant ça, j’avais fait plein d’autres sports, certains plus intenses que d’autres, auxquels je m’étais tenu plus ou moins longtemps. Ce qui est drôle, c’est que j’ai croisé au moins 4 personnes en story qui parlaient de leur difficulté du moment à s’y tenir. Et moi même j’ai fait face à un peu plus de résistance cette semaine.

Le truc c’est que le sport, comme tout autre objectif d’ailleurs, ça ne devient pas forément facile tout seul. À titre perso, je ne me suis jamais dit “Aujourd’hui, je vais aller faire du sport. Trop cool”. Ce n’est pas une lutte pour autant, plutôt un jeu d’échec : Qu’est-ce qui me pousse à y aller 2 fois par semaine? Qu’est-ce qui me faisait faire du yoga tous les jours, il y a peu? Pourquoi j’ai arrếté ça? Comment j’ai mis en place d’autre habitudes, et comment, si tu en as envie, tu peux aussi les mettre en place? La réponse tient en quelques mots. J’ai rendu facile les actions qui me mènent à cet objectif de faire du sport régulièrement.

Je réfléchissais à ça hier, parce que quand je suis arrivée, je n’en avais pas envie du tout. J’avais carrément étudié la question de rester chez moi “parce qu’il fait gris et puis je suis malade”. Mais dés que j’ai passé la porte, que j’ai posé mon sac dans un casier, mis un podcast dans mes oreilles, je suis partie et j’ai fait une séance extrêmement productive. Et ensuite j’étais ravie, fière de ma persévèrence. Fière d’avoir été “plus maline” que la flemme.

Une vraie décision est mesurée par le fait que vous avez pris une nouvelle action. Si il n'y a pas d'action, vous n'avez pas vraiment décidé.

Rendre l’accomplissement de l’objectif facile

Tout est une question de savoir comment tu peux t’arnaquer en direction des choix que tu as fait. Si tu prends un engagement réaliste envers toi, que tu as envie de t’y tenir, tu dois ensuite veiller à ne laisser aucune possibilité de négociation dans les actions que tu poses. Tu te connais mieux que personne, donc tu peux prévoir comment tu vas te comporter quand tu n’auras pas envie, quand tu trouveras des excuses. Tu peux même prévoir quel genre d’excuse, baties sur quelles croyances. Penser que tu seras motivé à 100% tout le temps est faux, c’est une illusion. Penser que si c’est pas facile, c’est pas pour toi, c’est une croyance. Ça ne doit pas devenir insurmontable, mais ça peut demander des efforts.

Par exemple, quand je prévois d’aller faire du sport, je me mets en tenue de sport au lieu de m’habiller. Je mets un rappel sur mon téléphone. Je prépare mon sac à l’avance, avec tout ce dont j’ai besoin (la veille en général). Je ne prends pas mon portefeuille, comme ça, je suis sûr de ne pas aller me promener à la place. Tout est fluide. C’est tout. Pas de grand secret, pas de mystère.

Est-ce que ça veut dire que tu ne dois louper aucune action sous aucun prétexte?
Je n’ai pas la réponse, je ne te connais pas. L’idée n’est pas d’être intolérant ou culpabilisant envers toi, l’idée est de faire la distinction entre une excuse et un réel manque d’envie. Donne un sens à ce que tu veux, rends-le facile, et tu déplaceras des montagnes.