Poser ses limites, une question de circulation

par | Mis à jour le 03/12/2020 | Publié le 15/08/2019 | Articles, Relations aux autres | 0 commentaires

Spread the love

C’est quoi, poser ses limites?

Ça t’es déjà arrivé de te demander si Jean-Willy fait exprès de toujours de t’énerver? Tous les jours, c’est pareil. Au travail, avec les enfants ou avec d’autres, tu ne te sens pas respecté, et, fuyant le conflit, tu te réfugies dans votre coin, en te disant que tu vas “laisser les autres parler” sans rien dire à personne. Mais apprendre à poser ses limites aurait pu t’éviter ce genre de situation. Tu t’es reconnu? Lis la suite !

Trop bon, trop con?

On adopte parfois la politique de l’autruche face aux autres : On prend sur soi, on laisse parler, on ne dit rien. Parfois même, on a peur de réagir. Quand les gens ont besoin de ta participation active, cette solution marche… À court terme.

Mais quelque chose cloche quand même. Et puis, quand la coupe est pleine, ça déborde, et tu exploses, avec pour résultat, une énième dispute, et l’impression de ne pas pouvoir être toi-même sans t’attirer des problèmes.

Et si l’on peut penser que sur le moment, c’est plus judicieux que de se confronter, ne pas montrer que l’interlocuteur franchit une limite mène à un autre problème :

Cela inculque, sur le long terme, une forme de malveillance envers soi-même :

“Ne dis rien, laisse-les faire” veut dire “ne poses pas tes limites, écrase-toi.”

Alors évidemment, comme l’émotion est là quand même, on finit par se révolter, on explose, on pète un plomb, et …

On revient avec le sourire pour recommencer un nouveau cycle, parce que d’un point de vue extérieur, vous êtes passé du sourire à la colère noir, et c’est incompréhensible pour l’autre.

Homme tenant un panneau STOP

Petite illustration : “Jean-Willy, tu as dépassé les bornes.”

Cette situation, c’est un peu comme un carrefour dangereux. Quand Jean-Willy y arrive avec sa voiture à ce feu rouge avec seulement deux couleurs, il voit systématiquement trop tard qu’il doit s’arrêter. Il n’a pas le temps, et il le grille. Alors évidemment, les conséquences varient :

  • La plupart du temps, il s’en sort sans encombre, donc il ne remarque pas qu’il l’a grillé, alors qu’il a pris la priorité de tous les autres conducteurs, qui râlent tous dans leur coin.
  • Très rarement, il reçoit un rappel à l’ordre, qui lui fait jurer de faire attention la prochaine fois. Souvent, il fait encore plus attention pendant quelques temps, mais il finit toujours par oublier ce foutu feu rouge, et recommence.
  • Et un jour, un camion arrive, et ça fait bim bam boum.

Mais quand on observe ce feu rouge, on se rend compte que rien n’indique le passage au rouge, il est instantané. Et peut être que c’est ton cas aussi, si tu exploses d’un coup quand la coupe est pleine.

Pourquoi c’est important de poser ses limites aux autres

Poser ses limites aux autres…

Poser des limites, c’est dire que l’on n’est pas d’accord. Cela permet à l’autre de prendre conscience de ce que tu toléres ou non. C’est un peu comme si l’on plaçait un feu orange entre le vert et le rouge, qui permet aux autres de savoir quand il faut s’arrêter.

Car même si le commun des mortels a des normes, chacun est différent pour ce qui concerne ce qu’il accepte ou non : Il n’y a pas de “norme” dans nos relations. Il nous appartient donc de montrer ce à quoi on dit oui, et ce à quoi on dit non. Il est donc très important de les verbaliser, avec le feu orange.

C’est important, parce que les autres n’ont pas forcément de repères autres, sur ce qui est acceptable ou non. Pour le peu que nos cultures diffèrent, cela devient compliqué de ne pas froisser malencontreusement son interlocuteur. D’autant que dans notre culture, nous avons tendance à ne pas dire quand l’autre sort du cadre, par “politesse”.

Cela peut donc vite entretenir le cercle.

Poser ses limites pour soi?

À ce stade de l’article, on pourrait se dit que finalement, on ne sait pas vraiment ce qu’on autorise ou non, surtout lorsque l’on a un soucis de confiance, ou des problèmes avec d’autres personnes. L’une des premières réponses à cette question pour moi, c’est de savoir ce que tu t’autorises à toi, envers toi, dans tes actions de la vie de tous les jours. Ce sont les fondations des limites.

Attention toutefois, car nous même avons parfois tendance à ne pas nous respecter dans certaines situations. Si c’est ton cas, je vous encourage à d’abord travailler là dessus. L’article “Le président de ton fan club” pourra t’y aider. Le cas échéant, nous pouvons aussi travailler la dessus ensemble au cours d’un accompagnement.

Poser ses limites pas des bombes

Enfin, poser des limites ne veut pas dire bombarder son interlocuteur. On peut très bien les exprimer sans partir en guerre contre tout notre entourage.

D’une part, en regardant l’importance que l’on donne à chacune d’entre elles au regard de la personne qui les outrepasse, et d’autres part, en y mettant la forme, grâce à la CNV par exemple. Un travail sur la confiance en soi à ce stade peut aider à s’améliorer là dedans.

N’oublions pas qu’un feu orange à un rôle d’indication avant tout, gardons notre énergie pour les sérial grilleurs de feux rouge 😉

Et en parlant d’énergie, tu peux, si tu le désirs, télécharger gratuitement ma Routine, qui est un mix idéal pour commencer à améliorer sa confiance en soi, et à avancer vers ses projets !


Spread the love