Quand on utilise le mot régime, on fait généralement référence à un programme que l’on va suivre pendant X temps dans le but de perdre/prendre du poids. Ensuite suivra une phase dite de stabilisation, puis enfin, on sera mince et heureux. Sur le papier.

Si des études ont montré que la grande majorité des gens qui suivent un régime reprennent du poids après celui-ci, en partie, entre autre, à cause de la frustration qu’ils engendrent, ainsi qu’à la baisse du métabolisme due à une sous-alimentation.

régime: mission impossible

Comment faire alors pour perdre du poids durablement? 

La réponse, pour la plupart, nous la connaissons. Que ce soit notre famille, l’amie d’une amie ou une diététicienne que nous avons rencontré dans le cadre de notre parcours de perte/prise de poids, tous s’accordent à dire qu’il faut “faire un régime à vie”. 

Et c’est là que ça se corse. Car généralement, derrière le mot régime se cache toute une symbolique, un amas d’expériences déplaisantes. Le régime qui nous a privé de notre aliment favori, celui qui nous a restreint en quantité, celui qui nous a rendu accro à des aliments qu’on aimait même pas, ou encore celui qui nous donnait faim, aucun n’ont été des expériences agréables. Certains ont même déclenché des trouble du comportement alimentaire. Et ce n’est pas de votre faute. Vous n’êtes pas responsable. C’est instinctif.

C’est pas de la tarte! 

Comme ces programmes n’ont pas été les expériences les plus plaisantes de notre vie, il est normal que s’y adonner pour le restant de nos jours fasse peur. C’est d’ailleurs à cet échelon que nous avons une carte à jouer. Parce qu’au départ, on voit cela comme une épreuve impossible à tenir toute la vie. Mais on oublie qu’avant de marcher, on se baladait à quatre pattes. Et qu’à aucun moment nous n’avons émis l’hypothèse de courir un marathon à quatre pattes. 

Il en est de même pour trouver un équilibre.

Voilà le vrai problème, et peut-être que si vous tombez sur cet article avant un régime, il serait bon de faire un petit voyage au cœur de vous-même avant de vous y lancer, pour:  

1/ Vous soulager de vos problèmes alimentaires en trouvant leur cause. C’est un travail plus ou moins long selon les difficultés de chacun, mais 80% du travail se situe ici
2/ Dédramatiser votre alimentation, neutraliser les tabous
3/ Reprendre votre alimentation naturelle sans crainte

Et ensuite?

Vous reverrez ensuite probablement vos plans avant même d’avoir commencé, au profit d’une philosophie alimentaire qui vous convienne et qui soit tellement naturelle pour vous qu’elle en deviendra transparente. La lutte n’est pas un passage obligé vers l’équilibre.