faux amisIntroduction

Nombreuses sont les opportunités de nouer des relations, de développer des amitiés. L’ouverture d’esprit et l’accessibilité sont souvent vues comme des grandes qualités. Cependant, certaines situations peuvent devenir vraiment compliquées à gérer, si l’on se montre trop accessible.

Dans cet article, je te donne mon point de vue sur les faux amis et les relations toxiques, et je m’interroge sur la manière de les éviter.

C’est un article inspiré par la vidéo de EnjoyPhoenix, “Ces amitiés qui m’ont détruite“.

Les faux amis, c’est quoi?

Ce sont les relations toxiques. Des personnes semblant être des amis de prime abord, qui nous trahissent, nous nuisent, par exemple en nous humiliant ou en faisant du chantage pour obtenir des informations, voire même en les soutirant. Il n’est pas rare que l’on ne se rende pas compte tout de suite du fait que ces amis n’en sont pas. Pourtant, ce type de relation toxique peut faire de gros dégats sur sa confiance en soi.

Comment le manque de confiance en soi attire les relations toxiques et faux amis?

Manque de confiance en soi et dépendance affective

La première, c’est que le manque de confiance en soi entraîne une dépendance affective envers la relation. En d’autres termes, on aime la relation que cette personne nous permet de vivre, car elle permet d’exister aux yeux de quelqu’un, puisque le manque de confiance en soi ne nous permet pas d’exister et d’avoir de la valeur à nos yeux sans la validation de quelqu’un d’autre.

Résultat, nous nous accrochons à cette relation de fausse amitié de toutes nos forces de peur de la perdre. Ce qui nous amène à la deuxième raison qui fait que nous restons dans ce schéma : l’incapacité à gérer nos émotions.

Incapacité à gérer les émotions

Cette non-gestion des émotions nous entraîne dans une spirale où l’on se déconnecte petit à petit de la réalité et des faits, pour vivre ce que nous pensons qu’il se passe dans notre tête, selon notre interprêtation. Nous devenons incapable de prendre du recul, et ne voyons donc pas l’autre nous manquer de respect, nous humilier, nous faire subir ses sautes d’humeur.

C’est parfois à ce moment que notre entourage, bienveillant, commence à nous parler avec plus d’insistance de ce qui se passe, et souvent… Nous n’y croyons pas, où nous tentons de défendre la personne qui nous semble toxique. Pourquoi? Toujours par incapacité à gérer notre peur de perdre cette relation. Nous allons jusqu’à manquer de bienveillance envers nous-même pour préserver ces faux amis.

Manque de bienveillance/respect envers soi

Finalement, alors que l’on voit bien que la situation est anormale, et que notre entourage nous le fait remarquer, on a parfois l’impression de devoir rester dans ces relations avec ces faux amis. On leur trouve tout un tas d’excuses pour justifier leur manque de respect, de bienveillance, et par la même, on ne se respecte plus soi-même, et notre confiance en nous diminue à vue d’oeil, avec la participation de nos faux amis ou non.

Comment repérer des faux amis?

On ne devrait JAMAIS se faire passer en second plan dans une relation. On peut le faire ponctuellement, sur des choses précises, mais ça ne doit jamais être le mode de relation par défaut. Si quelqu’un te demande de le faire passer avant toi dans tes priorités, c’est potentiellement quelqu’un de très maladroit, ou de très mal intentionné. Méfiance. 

Comment éviter les faux amis?

Je pense qu’une partie de la clé, c’est soi-même. On a tendance à penser que l’autre est méchant, manipulateur, con, malveillant…, mais si l’on décide de ne plus marcher, et bien on n’est plus une victime de ce genre de manœuvres. Est-ce que je suis en train de dire que tout est de notre faute?

Bien sûr que non, ou en tout cas, pas entièrement. Si les faux amis sont faux, ce n’est pas notre responsabilité. Mais si on ne marche pas, il ne reste pas près de nous. Il faut être deux pour entretenir une relation toxique.

Du coup, il est très important de travailler sur soi, justement pour se protéger de ce genre de comportements (et encore plus dans la situation où l’on “attire les pies”, comme lorsque l’on a beaucoup d’argent, que l’on est particulièrement charismatique, etc).

Travailler à poser ses limites, à prendre confiance en soi et en sa valeur, être bienveillant inconditionnellement avec soi, s’accepter, ce sont des clés qui permettent de ne plus avoir ‘besoin’ d’autres personnes pour s’épanouir, et donc de ne plus être aveuglé par l’envie de préserver les relations “à tout prix”…

Parce que l’on est autant responsable de la situation que l’autre personne. Si il n’y a plus de victime, il ne peut plus y avoir de boureau.  

Que faire quand on est embarqué dans une relation avec des faux amis?

Quand on en repère les signes, c’est important de montrer que l’on est pas d’accord (de poser des limites) et si besoin, de stopper la relation.

On trouve sur le net une demi-tonne d’articles qui décrivent comment savoir si l’on est dans une relation toxique, quels en sont les signes etc.. Aussi, l’object de cet article n’est pas d’en donner les signes en détails qui, pour moi, ne sont pas forcément toujours universels, puisque subtils, et donc dépendent de chacun. Cependant, on peut trouver quelques indices ici et .

Quelles conséquences sur nos relations futures?

Il est fréquent quand on a vécu ce type d’expérience, de ne plus faire confiance du tout.

Je pense que c’est un apprentissage que d’arriver à calibrer le juste équilibre entre
– ne pas “avorter” une relation trop tôt, alors qu’elle aurait pu être super épanouissante, et
– ne pas se laisser embarquer dans une relation toxique.
Il existe un juste milieu, et on finit par le trouver (si toutefois on essaie).

Beaucoup ont vécu ce type de fausses amitiés, et on peut facilement en venir à la conclusion que nous sommes peut être “anormaux”, puisque incapable de se faire des amis.

On a l’impression parfois que notre situation est unique, mais au final, c’est également une problématique qui revient quasi-systématiquement lors des sessions de coaching, preuve, s’il en fallait, qu’en réalité, c’est bien plus courant qu’on ne le pense.

Faire un premier pas dans les relations saines et mettre les faux amis à la porte

Enfin, derniers points, mais non des moindres, c’est OK d’avoir peur, et c’est important d’intégrer en soi-même que ce soit ok. Parce que le premier pas d’une relation saine, c’est soi. C’est crucial de s’écouter, et d’écouter les signaux émotionnels qui arrivent quand on pense à/parle de quelque chose parce que ce sont eux qui nous permettent de savoir comment nous épanouir.

Si ces premiers pas peuvent être parcourus seul, une reconstruction est parfois plus laborieuse après plusieurs relations avec des faux amis, et il peut être judicieux de se faire accompagner par un coach pour apprendre à devenir pleinement soi, et aimé pour cela, afin de redonner à l’amitié (et à l’amour) sa vraie valeur, et sortir de la souffrance.