heart 700141 1920

Voici quelques pistes à explorer, si, comme beaucoup de clients que j’accompagne, vous vous sentez trop ou pas assez quelque chose.

En quoi est-ce un problème d’être trop…?

La première question à se poser à mon sens, c’est de savoir si c’est réellement le fait d’être trop ceci ou pas assez cela qui vous embête, ou si c’est le fait que les autres se/vous le disent… Pour le savoir, prenez un instant pour imaginer une situation exemple. Ensuite, imaginez que vous êtes seul à ce moment là. Est-ce que la sensation est la même?

Réfléchissons-y. Est-ce le jugement ou la peur du jugement qui vous pose un problème? Votre confiance en vous même? Ou autre chose?

Qu’est-ce que ça change?

Avoir horreur d’être jugé est bien sûr très différent et beaucoup plus concret que d’en avoir peur, car même si elle est justifiée, cette dernière est basée sur quelque chose qui n’existe pas encore/n’est pas encore arrivé. Le fait de se trouver jugé et de ne pas aimer cela est au contraire un élément concret, sur lequel il est possible d’agir concrètement, par exemple en posant un stop à l’autre quand il passe le feu orange.

Une solution

De manière générale quand on est un peu trop sévère avec soi, se placer en position méta (en observateur de la scène, ou en transposant la scène sur quelqu’un d’autre) permet d’avoir un avis plus objectif de la situation. Jugeriez-vous les autres avec la même sévérité que vous même ?

Une solution facilement applicable pour vous débarrasser de ce qui n’est autre qu’un jugement envers vous-même (le même que vous craigniez des autres si vous en avez l’horreur ;)) est de prendre conscience que vous êtes un tout.

Vos défauts sont des qualités. Considérons quelqu’un d’autre que vous même. Trouvez lui un défaut, et voyez en quoi ce défaut est lié à une de ses qualités. Par exemple, quelqu’un de lent peut être lent parce qu’il remet constamment en question son organisation, ou parce que le résultat ne lui convient pas, ou parce qu’il tient à vérifier les derniers détails 45 fois. Tous ces actes sont liés à une valeur, un trait de caractère. La remise en question, le perfectionniste ou la prudence par exemple. Quelle qualité se cache derrière votre trop/pas assez [adjectif]? Qui sont les gens dont vous avez peur qu’ils vous jugent, et que valent leur jugement? Pour quelle raison y accorder vous de l’importance? Est-ce justifié?

Une fois la réponse à ces questions obtenue, revenez au début de l’article et voyez si cela vous dérange toujours autant qu’au départ.

image