Que l’on parle de la posture physique ou de votre position dans la conversation, il est vraiment important d’y faire très attention. Explications.

La position (physique)

En effet, elle est déterminante dés les premières secondes. La posture physique d’abord, puisque c’est elle que l’on remarquera en premier, est à ne pas négliger: Adopter une attitude ouverte vous permettra en effet d’avoir plus facilement des Volontaires. Il est certain qu’une position dans laquelle vous avez les mains dans les poches, ou pire, les bras croisés, est rébarbative. Il m’est même arrivé de voir certains praticiens se planquer derrière leur pancarte. Les gars, si vous vous cachez, comment voulez-vous attirer du monde?

Garder une attitude d’ouverture est primodial pendant toute la séance. Si vous avez régulièrement des Volontaires qui viennent vers vous, mais qu’ils ne veulent jamais poursuivre, questionnez-vous dans ce sens. Peut-être que votre attitude se ferme, que vous prenez une position plus haute ou que vous entrez dans votre bulle sans considération pour l’HUMAIN que vous avez devant vous.

Oser se questionner sur sa pratique et le respect de l’autre

Mention spécial également aux gens qui font des câlins à leur Volontaire en séance. Votre binôme ne vous appartient pas, vous ne le connaissez pas. Il a le droit de disposer de son corps et de décider de qui le touche où. De ce fait, vous n’avez pas le droit de prendre les gens dans vos bras sous prétexte de l’aider à garder l’équilibre.

D’une part parce que si c’est vraiment une question d’équilibre, le retenir avec les épaules fonctionne tout aussi bien. Cela permet aussi à votre Volontaire de se dégager s’il n’a pas envie d’être “touché”, ce qui n’est pas le cas si vous l’enfermez dans vos bras (ou que vous passez une main dans son dos).

Et d’autre part parce que, si vos volontaires vous tombent dessus et que vous passez la séance à les enlacer, peut-être que vous devriez revoir le concept de fusible (ou vous demander pourquoi vous pratiquez l’hypnose au sens large). Pensez à questionner votre éthique et votre respect pendant vos séances. Fermer les yeux devant quelqu’un que l’on vient de rencontrer dans la rue n’est pas un acte anodin. Le Volontaire place sa confiance en vous. Il est primordial de s’en sentir privilégié.

La position haute

Votre positionnement dans la conversation est également très important. Si à l’arrivée du Volontaire, vous commencez votre pré-talk en lui disant que c’est un bléreau, qu’il n’y connait rien et que vous, vous savez mieux (même indirectement, en disant pas exemple “c’est pas exactement ça” à répétition, ou “Non ce n’est pas ça, c’est…”), il y a de grande chance qu’il continue la séance par politesse… Mais qu’il s’en aille dés la première occasion. J’ai parfois vu des hypnos de rue carrément réprimander leur Volontaire à peine arrivé.

Oui mais alors me direz vous, comment tu peux corriger des croyances sans dire “non c’est pas ça”?

Supra-simple, quand on connait l’astuce. Vous ne connaissez rien avec certitude. Si votre Volontaire pour dit que “Avec l’hypnose on peut forcer les gens à dormir”, vous pourriez dire que chacun vit une transe différement. Que vous, vous avez toujours eu l’impression de pouvoir décider. L’idée est d’apporter une idée, mais de ne pas l’imposer. Il convient de laisser le Volontaire choisir ce à quoi il adhère ou non dans votre discours.